Photographie : un groupe de premiers communiants pose devant la tour d'un château, les plus petits devant les plus grands. Ils tous en aube blanche, les filles avec un bouquet de fleurs. Dans le groupe, sur le côté, un petit garçon se tient les mains dans les poches de son imperméable mastic.

Né en 1962. Vit et travaille dans le Gers.

Études :

Expositions, publications


Pourquoi ce genre de bio/CV ?

Ici, c'est la page pour le CV.
Sur d'autres sites, on lit "parcours", "jalons". J'avais mis "repères", ce qui ne vaut pas mieux. Mais enfin, c'est une sorte d'obligation, de faire une liste des points importants d'une carrière, des expositions seulement, en fait.
C'est supposé expliquer la génèse et le développement de mon œuvre et l'ampleur de sa reconnaissance.
La génèse de mon œuvre ? Son développement ?
De la peinture, j'en ai toujours fait, d'aussi loin que je me souvienne. Voilà un portrait de ma tante que j'ai peint vers l'âge de trois ans et demi ou quatre ans, en 1966. Il n'est pas signé puisque je ne savais pas écrire. C'est mon œuvre la plus ancienne en ma possession.



Puis, juste avant mes dix ans, j'ai dit que je serai peintre. Mes parents m'ont trouvé un professeur, Robert Priser, qui m'a enseigné énormément de choses mais très peu de technique ; la technique, ça n'est pas si compliqué, on se débrouille. Quant on lui demandait depuis combien de temps il faisait de la peinture, Priser donnait son âge. C'était malin, et très juste. Parfois, je réponds comme lui, ou bien "ce matin".
Mon CV, mon parcours, ça n'est pas la liste de mes expositions, ni mes "études". Il faudrait faire la liste des rencontres (bonnes et mauvaises), des amis, des amours, de mon goût pour la géométrie descriptive et les épures de Cremona et pour les travaux des mains comme la menuiserie ou fendre mon bois.
Et puis les livres, les écrits de Dürer, Diderot, Wittgenstein, Gombrovicz, Pinget, Stephen King et Silverberg. Et puis la musique, Schubert et Chuck Berry, Denise La Salle et Glenn Gould. Et les peintres, Mantegna, Ingres, Dürer encore et toujours, Klee, Kandinsky, Miro, Rubens, Richter...
Les achats importants... est-ce que ce sont les peintures vendues à ce couple enthousiaste et joyeux qui paye "à tempérament" ? Ou bien la vente de plus de 100 toiles et de cartons entiers de dessins et d'archives à un collectionneur, mais à un moment de ma vie où je n'avais plus ni logement ni atelier ni même un endroit où conserver mes toiles si bien que, à votre avis, avais-je vraiment envie de faire cette vente-là ? Parce que je gagne ma vie en vendant mes peintures. C'est aussi ça mon CV.